O.H.M.
Présentation

L'Orchestre d'Harmonie de Megève a été fondé officiellement en 1838. Jadis fanfare, aujourd'hui orchestre d'harmonie, l'OHM est composé de tous les instruments caractéristiques de ce type de formation : flûtes, flute piccolo, hautbois, bassons, clarinettes, clarinette basse, saxophones altos, ténors et baryton, trompettes, cornets, cors d'harmonie, euphoniums, barytons, contrebasses à vent et percussions. Tous ces instruments sont enseignés à l'école de musique de Megève. L'orchestre d'harmonie de Megève s'est présenté régulièrement aux concours organisés par la Confédération Musicale de France depuis 1993, pour être actuellement classé en division "supérieure première section".

 
Vue d'ensemble OHM

schema-orchestre Chef d'orchestre Percussions Bassons Clarinettes basses Piccolo Cors Barytons Saxophones ténor Saxophones barytons Saxophones alto Hautbois Flûtes Clarinettes Tubas Trombones Trompettes Porte drapeau

chef orchestre percussions bassons clarinettes basses cors barytons saxo-tenor saxo-baryton saxo-alto haubois flutes clarinettes Tuba trombones trompettes

 
Effectifs

 

L'Orchestre d'Harmonie de Megève est actuellement composé de 79 musiciens.


Le chef d'orchestre


Les bois

5 hautbois, 11 flûtes dont 1 piccolo, 4 bassons, 15 clarinettes, 1 clarinette basse, 7 saxophones altos, 3 saxophones ténors, 1 saxophone baryton.


Les cuivres

11 trompettes, 5 cors, 3 trombones, 1 trombone basse, 4 barytons, 2 contrebasses (1 mib et 1 sib).


Les percussions

4 percussionistes


Le porte-drapeau

 
Répertoire

Le répertoire de l'OHM est composé d'environ 1300 titres dans tous les styles : classique, variété, jazz, moderne, arrangements, concerti, pièces originales pour orchestre d'harmonie, commandes...

Pour plus de précisions, veuillez contacter le directeur.

 
Les joyeux maquignons

Origine

Comment peut venir l’idée aux musiciens d’une Harmonie Municipale de faire de la musique autrement. Une musique plus festive, une tenue plus décontractée.

En 1970 nous nous rendons à Oberstdorf pour les festivités du jumelage. Nous arborons fièrement nos belles tenues bleues sous la direction de M. Frégosi. Paulo est alors président et Xavier trésorier. Là-bas nous sommes reçus par la Musikkappelle.

Nous passons outre les difficultés de langage : le dictionnaire est indispensable pour cette première rencontre. Le soir nous nous retrouvons dans la salle de répétition de musique d’Oberstdorf. Là, quelques musiciens, trompette, clarinette, tuba commencent à jouer le plus naturellement du monde leur répertoire bavarois. Nous tombons sous le charme.

Rentrés à Megève nous reparlons de cette soirée. Paulo, Xavier, Roger et nous autres se disent :  « Pourquoi pas nous ? »

Nous réalisons alors que pour animer les fêtes de notre village nous pourrions créer un groupe d’une vingtaine de musiciens jouant valses et marches.


Le répertoire

Nous jouons à cette époque des morceaux pour harmonie, surtout des transcriptions de musique classique et aussi des pas redoublés. Les clairons et tambours de la « clique » se joignent à l’Harmonie pour les défilés et cérémonies officielles, ouvrent et ferment les concerts.

Il nous faut trouver autre chose. Il est demandé à M. Frégosi de nous trouver un répertoire pouvant se jouer par un groupe d’une quinzaine de musiciens. Il se tourne vers la musique alsacienne. Les premiers morceaux qu’il nous présente nous conviennent et Joseph GRAFF (compositeur alsacien) fournit à notre jeune phalange l’occasion de régaler un auditoire qui a l’air d’apprécier notre prestation.


Le nom et le costume

Le groupe est en place : comment va-t-on l’appeler ? Plusieurs noms sont proposés. Aucun ne sera retenu par l’histoire. Alors , je crois que c’est Paulo qui propose « Pourquoi pas « LES JOYEUX MAQUIGNONS » vu notre situation de village agricole cette appellation fait l’unanimité.

Les commerçants de Megève demandent à l’Harmonie d’animer la fête du 6 Septembre 1970. La musique est à cette période en vacance. Les anciens décident donc de produire un groupe d’une quinzaine de musiciens disponibles. Et c’est parti….Pour cette première sortie nous sommes habillés d’un costume paysan loué à Sallanches pour l’occasion : pantalon foncé, blouse bleue et chapeau de paille.

La journée se passe bien. Certes le répertoire est un peu réduit mais néanmoins le public et les musiciens sont contents.

Ensuite il est décidé d’adopter un costume plus « mègevan » : blouse de maquignon, chapeau, foulard rouge noué autour du cou. C’est le costume que nous portons encore aujourd’hui.